Quelles sont les problématiques du BTP suite au covid-19 ? Antony Perrino nous répond

Antony Perrino succède à la tête de son père à la tête de la Fédération du BTP de Corse du sud, après dix-huit ans de gestion.

Le chef d’entreprise, dirigeant du groupe familial Perrino, acteur majeur de la promotion immobilière dans la région insulaire doit faire face à de nombreux enjeux et problématiques suite à la crise du covid-19.

Antony Perrino revient sur les différents chantiers qui l’attendent à la tête de la Fédération du BTP.

Antony Perrino revient sur les conditions de travail particulières

En tant qu’homme de terrain, Antony Perrino possède une légitimité et une crédibilité à la tête de la Fédération du BTP.
Lors de son élection il y a deux semaines à la tête de la Fédération, Antony Perrino a adressé à l’assemblée générale un discours revenant sur les différentes problématiques du secteur ainsi que les enjeux liés à la crise sanitaire.
En premier lieu, l’homme d’affaires a souligné la très grande prudence qui existe au sein du bâtiment et de la construction, notamment sur les chantiers.

En effet, des règles sanitaires très strictes ont été mises en oeuvre de façon à éviter au maximum un rebond de l’épidémie et une seconde vague. Dans cette perspective, les conditions de travail ne sont pas identiques à celles qui prévalaient avant crise. Une convention de travail a d’ailleurs été signée afin de définir les protocoles sanitaires à mettre en oeuvre sur chaque chantier. À titre d’exemple, une tâche qui était effectuée avant par dix ouvriers n’est plus aujourd’hui réalisée que par quatre. Par ailleurs, la cohabitation entre les différentes entreprises sur un même chantier est également organisée de façon différente et implique d’être mise en oeuvre en bonne intelligence.

Cette nouvelle organisation possède des conséquences sur la réalisation des chantiers dans la mesure où le temps des travaux est allongé et la main d’oeuvre moins sollicitée.

Selon Antony Perrino la profession et le secteur du BTP se sont très bien organisés pendant la crise. Une remise en question ainsi que la définition de process très précis ont permis à la profession de se remettre au travail tout en intégrant la prise en compte du risque sanitaire. Le chef d’entreprise considère ainsi qu’il y aura un avant et un après « covid-19 » dans la mesure où les entreprises seront plus que jamais conscientes des risques sanitaires sur un chantier.

Les différentes étapes protocolaires ont d’ailleurs été définies de même que l’ensemble des dispositifs sanitaires avec la direction générale des entreprises.

Si Antony Perrino aspire à une reprise normale de l’activité au courant de l’automne, le dirigeant est parfaitement conscient du risque qui subsiste et appelle les entrepreneurs à la prudence et la responsabilité.
Par ailleurs, le secteur du bâtiment doit répondre à d’autres enjeux.

Les objectifs du secteur du bâtiment fixés par Antony Perrino

Outre la crise sanitaire, qui a frappé de plein fouet l’ensemble des secteurs et leur économie, Antony Perrino considère que le secteur du bâtiment doit également adresser des problématiques qui lui sont propres.
Le territoire insulaire, et les mini régions notamment, sont marquées par une forte instabilité urbanistique tandis que la commande publique continue de diminuer. Le secteur du BTP peine à faire entendre sa voix alors qu’il constitue un domaine majeur pour l’emploi en ayant permis la création de 11 000 emplois directs et 4000 indirects.

Par ailleurs, le besoin de formation des jeunes doit être adressé : ils représentent une main d’oeuvre importante tandis que le secteur manque de ressources. Dans cette perspective, il est également indispensable que l’attractivité du secteur soit renforcée d’autant plus que le bâtiment permet une certaine ascension sociale. En effet, Antony Perrino souligne que dans ce domaine, un apprenti peut devenir chef d’entreprise en quelques années.

Il est ainsi primordial selon Antony Perrino d’attirer les nouvelles générations en revoyant notamment les grilles de salaire.

Par ailleurs, afin d’adresser au mieux les nouvelles problématiques et de proposer des solutions adaptées, l’instauration d’une fédération régionale pourrait être proposée.
De manière plus générale, Antony Perrino considère que l’attractivité du territoire doit être développée : la Corse doit désormais être envisagée comme un territoire dynamique sur lesquels les activités professionnelles peuvent se développer.
Le Groupe Perrino a proposé des constructions destinées à attirer des professionnels sur le territoire : le premier espace de coworking de Corse, l’empire Cowork, a été développé en 2017 à Ajaccio tandis que le centre d’affaires Agora devrait être inauguré l’année prochaine.
Par ailleurs, Antony Perrino encourage les promoteurs immobiliers à la responsabilité en intégrant les besoins de la population, l’accès au logement ainsi que la préservation de l’environnement.