Corse Net infos : “L’outil idéal pour les entreprises, “Empire Cowork” au service du développement économique”

Les méthodes de travail évoluent. Les entreprises et les besoins aussi. Deux jeunes ajacciens, Antony Perrino et Jean-René Santoni, ont trouvé la solution pour aller de l’avant et donner des ailes aux startups, auto-entrepreneurs, TPE et autres entreprises qui veulent avancer. L’ouverture d’un outil dédié au développement économique du territoire : Empire Cowork, situé au Pôle Suartello 2, est l’espace qui manquait dans notre ville, l’outil qui jusque là faisait défaut à nos jeunes entreprises, des installations ultra modernes. Antony Perrino et Jean-René Santoni nous en disent plus.

Echanger, transmettre, développer les réseaux et autres interconnections, voilà la nouveauté que nous proposent Antony Perrino et Jean-René Santoni qui entendent apporter la valeur ajoutée à ceux qui créent, innovent et veulent prospérer. La création de cet immense espace de travail n’est autre qu’un instrument moderne au service de l’homme moderne, qui génère les services indispensables au développement de leurs affaires. Il fallait y penser, oser et le faire. Un lieu de travail, convivial, professionnel dans toute l’acception du terme, un cadre où l’on se sent bien et surtout en mesure de répondre aux besoins spécifiques, temporaires ou permanents. Des bureaux isolés, une grande salle de réunion, un coin salon, le tout surmonté d’une grande cuisine judicieusement éclairée. Des conditions de travail idéales pour nos jeunes entrepreneurs qui veulent dynamiser leur activité tout en se retrouvant plongés dans un espace d’innovation où chacun vaque à ses occupations. 

Aider les jeunes Corses à entreprendre…
Antony Perrino estime que l’offre répond à toutes les étapes d’évolution de l’entreprise : 
«Nous faisons beaucoup de programmes immobiliers sur Ajaccio mais je pense qu’il faut travailler dans ce domaine, chercher des projets qui soient plus innovants. Faire du logement c’est bien, créer la richesse en créant de l’activité c’est mieux. Nous pensons que cela est une bonne chose en parallèle de nos activités, ceci pour éviter les travers d’une ville uniquement balnéaire. Pour cela nous avons créé ce projet, sorte de laboratoire un tantinet plus innovant qui s’adapte bien à la nouvelle donne de l’emploi. Aujourd’hui, le monde change et notre ville a besoin également de changer avec ce monde là. Donc, nous nous sommes inspirés de choses vues ailleurs, raison pour laquelle nous avons voulu créer ce laboratoire sur place pour imaginer ce que sera – en même temps que la municipalité l’imagine – l’Ajaccio 2030, les nouvelles méthodes de travail et de création d’entreprises. Ce concept s’adapte aux structures qui sont créées en Corse, des microstructures qui ont besoin de flexibilité, d’adaptabilité et de  rapidité. » 

En clair, créer un outil qui aujourd’hui s’avère indispensable ?
« Tout à fait cela. Ce concept est un outil indispensable parce qu’il y a des politiques publiques associatives qui sont mises en place pour aider les jeunes Corses à entreprendre et c’est une bonne chose. Nous pensions qu’il manquait un maillon à cette chaîne, un endroit pour pouvoir les accueillir, pour qu’ils puissent s’affirmer, que cet outil agisse comme un catalyseur d’énergie, qui crée de la valeur, de la richesse de l’engouement. Nous pensons nous, privés, avoir apporté le maillon aux instances publiques qui sont favorables au développement de l’entrepreneuriat en Corse. » répond Antony Perrino.

La structure vient de sortir de terre mais fonctionne déjà ?
Jean-René Santoni : « En effet, l’espace Empire Cowork est ouvert depuis un mois et très vite, il a répondu à un besoin. On s’aperçois que la demande est importante dans la mesure où nous avons déjà des locataires, des résidents, tous intéressés par les différentes formes que nous proposons. Des bureaux ouverts, individuels, des alcôves, des bureaux de réception, des grandes et petites salles de réunion, des espaces conférence. Nous avons effectivement un retour de marché et nous pourrons faire un premier bilan d’ici quelques mois. » 

Lire la suite de l’article.