Antony Perrino enjeux

Antony Perrino revient sur les réalisations et les futurs enjeux du groupe

Depuis 1948, le Groupe Perrino opère comme un acteur phare pour la promotion immobilière corse.

Le Groupe a en effet réalisé des constructions majeures selon les valeurs qui lui sont propres : l’attractivité du territoire ainsi que la préservation de l’environnement.

Pour Antony Perrino, la promotion immobilière doit avant tout répondre à des besoins en logements ainsi qu’aux spécificités insulaires.

Le Groupe Perrino, une institution corse depuis 1948

Le groupe Perrino, aujourd’hui dirigé par Antony Perrino, a été fondé par Antoine Perrino, le grand-père d’Antony à la fin de la deuxième guerre mondiale.

Les besoins en reconstruction, notamment au niveau des ponts, ont motivé la création de l’entreprise.

Le groupe a évolué vers la promotion immobilière dans les années soixante, sa direction a ensuite été reprise par le père d’Antony Perrino, François.

Antony Perrino a pris la tête du groupe en 2004 avec pour ambition d’impulser une vision plus industrielle et novatrice des projets. Sous l’ère d’Antony Perrino, les constructions réalisées sont plus volumineuses et imaginées en plus grand nombre.

Par ailleurs, le promoteur immobilier défend la responsabilité et l’engagement dans son métier : pour lui les promoteurs doivent soutenir l’économie et le territoire insulaires en fonctionnant selon une logique horizontale intégrant les différents acteurs locaux.

Antony Perrino souligne également un engagement dans les constructions qui sont réalisées.

À titre d’exemple, le promoteur a travaillé avec des acteurs de la politique de la ville ainsi que des bailleurs sociaux afin de proposer des logements accessibles pour le plus grand nombre. Les programmes construits de l’entrée d’Ajaccio à la route des Sanguinaires s’intègrent dans cette dimension.

Par ailleurs, Antony Perrino est membre de la Fondation de l’Université de Corse qui agit depuis une dizaine d’année pour la reconnaissance du dynamisme et de l’attractivité du territoire insulaire.

Antony Perrino joue depuis quelques mois un nouveau rôle au sein de la fédération du BTP de Corse du Sud.

Antony Perrino : un nouveau rôle pour le promotion immobilière

Depuis quelques mois, Antony Perrino a été élu président de la fédération du BTP. Il devra apporter des réponses face à de nombreux enjeux, notamment suite à la crise du covid-19 qui a eu un fort impact sur le secteur du bâtiment.
Afin de permettre la poursuite des chantiers malgré la crise sanitaire actuelle, un protocole sanitaire strict a été défini. Antony Perrino souligne que les règles sur les chantiers ont été redéfinies : port du masque, limitation des personnes sur les chantiers, distanciation sociale, bonnes pratiques dans les transports.

Par ailleurs, Antony Perrino a souhaité s’attaquer à de nouveaux chantiers à l’image de l’attractivité des jeunes au sein de la profession et la redéfinition des grilles salariales.

Le chef d’entreprise rappelle que le secteur est créateur de nombreux emplois : 11 000 directs et 4000 indirects.

Par ailleurs, le secteur du bâtiment peut apparaître comme un secteur attractif en raison de l’ascension sociale qu’il permet : un apprenti peut espérer, sur le long terme, devenir patron de sa propre entreprise.

Antony Perrino contraintes

Antony Perrino revient sur les contraintes sanitaires imposées par le covid-19

La crise sanitaire a marqué un coup dur pour le secteur du bâtiment, secteur phare du territoire insulaire après le tourisme.

Les conséquences de la mise à l’arrêt des chantiers sont multiples : économiques, organisationnelles, temporelles…

Afin de permettre la reprise de l’activité, un protocole sanitaire ainsi qu’un guide des bonnes pratiques a été édicté.

Antony Perrino revient sur les mesures qui ont été entérinées pour garantir la protection des salariés.

Antony Perrino énumère les nouvelles règles de prévention

Afin de permettre la sécurité des salariés sur les chantiers, Antony Perrino rappelle qu’un protocole sanitaire a été défini, sous la forme d’un guide, par les partenaires sociaux, l’OPPBTP et l’Etat.

Il édicte les différentes consignes à respecter afin de permettre la reprise en toute sécurité de l’activité sur les chantiers.

Dans cette perspective, les entreprises souhaitant reprendre leur activité sur les chantiers devront revoir leur organisation du travail et veiller au respect des gestes barrières ainsi qu’au port du masque.

Par ailleurs, Antony Perrino souligne qu’avant toute reprise de l’activité, un certain nombre d’exigences préalables doivent être respectées. En premier lieu, le client doit être d’accord pour que le chantier reprenne. De plus, les ouvriers travaillant sur le chantier doivent être scrupuleusement choisis : les apprentis, stagiaires et alternants ne sont pas autorisés à se rendre sur les chantiers, de même que toute personne présentant un risque de développer la maladie.

Antony Perrino désigne par exemple les personnes souffrant d’insuffisance respiratoire ou cardiaque.

Sur les chantiers également, plusieurs règles sanitaires sont à respecter.

Antony Perrino aborde les règles de sécurité sur les chantiers

Sur les chantiers en eux-mêmes, le nombre de personnes en simultané doit être limité et chaque ouvrier devra être séparé d’un autre professionnel d’une distance d’un mètre. Antony Perrino souligne d’ailleurs que l’accès aux chantiers sera soigneusement contrôlé : une personne présentant les symptômes d’une infection ne pourra en aucun cas accéder au chantier. Il faudra également veiller à questionner les salariés sur leur état de santé régulièrement et leur ressenti d’éventuels symptômes.

Par ailleurs, à l’image d’un chef de chantier, un référent Covid-19 sera désigné afin de porter à la connaissance de tous les différentes mesures et d’en assurer l’application. Antony Perrino souligne que ce référent doit s’assurer que l’ensemble des règles sont bien comprises sur le chantier.

De plus, Antony Perrino rappelle que la gestion du risque sanitaire ne doit pas avoir d’impact sur la prévention des autres risques considérés comme plus « traditionnels » comme les mauvaises postures, les risques liés à l’électricité ou la hauteur.

Il est également impératif que les salariés aient accès à un point d’eau avec du savon pour pouvoir se laver régulièrement les mains.

Outre l’ensemble de ces règles, le port du masque fait l’objet de règles particulières.

Antony Perrino rappelle les spécificités sur le port du masque

Antony Perrino rappelle que le port du masque est obligatoire et s’applique dans de nombreux cas. En premier lieu, lorsque la distance d’un mètre entre les personnes ne peut pas être respectée et lorsque l’ouvrier se rend directement chez un client particulier considéré comme « à risque ». Par ailleurs, une formation à l’utilisation du masque devra être assurée pour les salariés.

Enfin, le dernier point des bonnes pratiques concerne les transports : ceux-ci doivent être privilégiés de façon individuelle et lorsque cela n’est pas possible une distance minimale entre les salariés doit être respectée.

Antony Perrino conclut en rappelant que l’ensemble des engins et des moyens de transport doivent être désinfectés à l’aide de lingettes dédiées et de gel hydroalcoolique.